El Anatsui ou le déchet sublimé

LA CONCIERGERIE, Paris, Mai-Novembre 2021

El Anatsui_La Conciergerie, Paris, 4 septembre 2021

El Anatsui investit sobrement la salle des Gens d’Armes de la Conciergerie. Sur de vieilles traverses de chemin de fer, deux rivières parallèles mêlant projection vidéo et textile sous une lumière changeante font écho à la Seine voisine et ses bras qui entourent l’Ile de la Cité. Le long des murs, six pièces aux reflets métalliques sont suspendues –s’inscrivant pour quatre d’entre elles dans les grandes cheminées- et alternent avec une cinquantaine de sculptures en résine semblables à des roches disposées çà et là, des pierres brutes ou travaillées convoquant la nature dans l’espace architectural de l’ancienne prison, autant d’invitation à la contemplation et à la méditation. Une installation poétique et délicate qui convoque les éléments (l’eau, le vent, le bois, le métal, la pierre), joue avec la matière, tout en évoquant l’écoulement du temps.

Si j’ai pu apprécier à diverses reprises son travail, dans les collections permanentes de musées (Musée des beaux arts de Bruxelles en 2018, Tate Modern en 2019) et dans des expositions temporaires (Intuition, Palazzo Fortuny, Venezia, 2017 ; La Triennale, Palais de Tokyo, 2012, Galerie RX, 2019, Art Paris 2017), il est toujours intéressant de plonger plus profondément dans l’univers d’un artiste et la carte blanche que lui propose la Conciergerie dans le cadre de la saison Africa2020, sa première exposition personnelle en France, est l’occasion de se confronter tout à la fois aux « sculptures » mouvantes qui l’ont rendu célèbres et à de nouvelles pièces.

Le sculpteur ghanéen, reconnu par le Lion d’or à la Biennale de Venise de 2015, use de matériaux simples, qu’il recycle, assemble et transcende. S’il s’intéresse tout d’abord à la performance et au travail du bois, il se fait principalement connaître par les vastes installations qu’il réalise, à partir de la fin des années 1990, à partir de matériaux de récupération assemblés et transformés en de somptueuses et vastes « sculptures » aux allures de drapés.

Les six pièces suspendues à la Conciergerie, réalisées à partir de capsules métalliques de bouteilles d’alcool, de lames de canettes de sodas, de plaques d’impression… brillent de tous leurs feux sur les murs sombres de la grande salle voûtée. Un ruissellement de rouges, d’ors, de lumières, multiforme, qui flirte avec l’abstraction même si une observation attentive des œuvres nous renvoie à une réalité plus prosaïque : la nécessité, en Afrique, de réutiliser certains matériaux, l’héritage du colonialisme et les excès de la consommation contemporaine, son impact dramatique sur l’environnement. Un style très personnel entre abstraction et traditions esthétiques locales.

Les « rivières » sont quant à elles le premier travail vidéo de l’artiste qui projette sur deux longs écrans horizontaux des vues de la Seine filmées à l’automne 2020, animés par des petits ventilateurs qui simulent les flux et reflux du fleuve.

Une vidéo présentant l’artiste à l’ouvrage avec ses assistants nous révèle un processus de création long et soigné, proche de l’artisanat africain. De fait, El Anatsui interroge l’érosion de la tradition, sa survie et sa transmission. Il se réfère à la tradition africaine textile où chaque motif, chaque symbole, a sa propre signification souvent liée à la foi, à des proverbes, au courage. Chaque élément est attentivement sélectionné pour sa forme, sa couleur, plié, froissé, écrasé en cercle, coupé en bande puis cousu avec d’autres avec du fil de cuivre. Ses œuvres se révèlent complexes, oniriques, lumineuses, lourdes mais malléables, l’artiste ne leur donnant pas de forme fixe et laissant aux conservateurs la liberté de l’accrochage, à rebours de l’histoire de son médium.

Facebookmail
Facebookrss

Author: Instant artistique

Conservateur de bibliothèque. Diplômée en Histoire et histoire de l'art à l'Université Paris I et Paris IV Panthéon-Sorbonne. Classes Préparatoires Chartes, École du Patrimoine, Agrégation Histoire. Auteur des textes et de l'essentiel des photographies de l'Instant artistique, regard personnel, documenté et passionné sur l'Art, son Histoire, ses actualités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *